Lettre d'information - avril 2016

Extrait de « Le bunker : troisième témoignage », de Benoît Camus Jacques Flament Editions, 2015

- On ignore quand on sortira, et si même on sortira ! avait déclaré l’architecte en chef, le concepteur manitou de l’Antre, qui n’avait de son œuvre, on s’en était vite aperçu, qu’une vision assez lacunaire et pour le moins surplombante.

- Je ne me suis pas occupé des détails, avait-il rétorqué à ceux qui lui reprochaient sa méconnaissance du dossier. J’ai donné la ligne !

  Traduisez : l’Idée, l’élan créateur, le plan d’ensemble. Rapport aux questions de plomberie ou d’arrivée d’air, s’adresser ailleurs ! Là-haut, en l’occurrence, puisqu’on n’avait pu inviter tout le monde à la fête… qu’il avait fallu privilégier les très importantes personnes qui sont, comme chacun le sait, les plus utiles. Et aux moues dégoûtées, voire scandalisées, il n’avait pas manqué de rappeler que leur salut, elles le devaient à lui et à la virevoltante dextérité de son esprit d’initiative et de celle de son agence pléthorique, qui avaient rendu étanche et hermétique leur refuge. Point barre. Il n’était cependant pas parvenu à convaincre les méfiants et avait été contraint de renoncer au commandement auquel, en toute logique, sa stature de maître des lieux le prédestinait. Le Grand Architecte, s’il persistait toujours à la ramener et à donner son avis sur tout - on ne se refait pas, surtout abonné aux honneurs et aux médailles - avait très vite dû ronger son frein et accepter de ne plus être obéi au doigt et à l’œil.

  Bref, s’agissant de la bouffe, le débat n’avait pas tardé à s’imposer. Sitôt nos chances et les délais estimés. A peine le compte à rebours avait-il commencé. Et l’Archi en chef, encore auréolé de son prestige, avait exprimé l’opinion dominante. Celle de la raison à laquelle, sans trop rechigner, on s’était rangé. Et qui impliquait la restriction des portions, de façon à prolonger le plaisir. Tenir le plus longtemps possible. Grignoter du temps à défaut de pitance.

-  Et puis… on ne sait pas ce qui nous attend dehors.
 On s’était considéré. S’était résigné. Dehors n’inspirait pas confiance. Mais vraiment pas du tout ! Le plus tard on y mettrait le nez, mieux on se porterait ! ! Conclusion de la séance : diète. Conséquence : j’ai faim !